Vendredi 1er septembre 2006 jour précédent jour suivant retour au menu
Peine de coeur sur fin de mois difficile.
La tomate coeur de boeuf est impressionnante à la fois par sa taille et sa forme.
Cette variété ancienne existe sous plusieurs aspects, mais elle a toujours une peau fine et l'intérieur homogène avec peu ou très peu de grains. Elle a vraiment la taille et le poids d'un coeur de boeuf.
À l'intérieur on voit, outre des cavités, un réseau de lignes blanches qui fait penser, à des vaisseaux coronaires, qui seraient internes.
Nous voici donc, toute la famille, replongés dans les livres d'anatomie, mon grand frère Jacky, dont je parlais à propos de Vierzon, ayant fait un infarctus grave dans la nuit précédente, sauvé par la rapidité des pompiers et la proximité du grand hôpital parisien.
On ne parle plus que de la chance qu'il a eu, de faire du bruit en s'effondrant sur le plancher dans la nuit, réveillant son fils et mon frère Jany qui dormaient chez lui exceptionnellement, la chance qu'il ne soit pas seul cette nuit là.
Le chirurgien qui lui fera " de 5 à 7 pontages " lundi aussi parle d'une " chance inouïe ". Selon ses dires aussi, il n'y a plus aucun problème, et il sera de nouveau en pleine forme dans 2 mois.
Chance, peur, solitude, la remontée de la mort du père et du frère ...impossible de ne pas y penser en regardant cette tomate sur la table de la cuisine ce matin.
De retour du collège, où c'était la pré-rentrée, je me console en me disant qu'au moins cette année mon emploi du temps n'est pas trop mauvais (lundi de libre très appréciable pour moi, mais ayant encore comme l'année dernière cours tout le vendredi après-midi jusqu'au 17 heures et avec des 3ème).
Quand comprendront-ils que les 3ème n'ont pas envie de faire des SVT le vendredi de 4 à 5 ?
Difficile quand même de penser à autre chose qu'à ce coeur qui bat, là-bas dans une chambre...
Repas calme et réconfortant le soir avec Jany et Sandrine H.