Journal de Nogent le Rotrou
entre-deux
Journal de Thiron-Gardais
2004
2005
2006
dec
jan
fev
mar
avr
mai
juin
jui
aou
sep
oct
nov
dec
jan
fev
2, 4, 20 mars, 20 avril
mai
juin
jui
aou
sep
oct
nov
dec
Journal de Thiron-Gardais
2007
2008
2009
jan
fev
mar-avr
mai-juin
jui-aoû
sept
oct
nov
dec
jan
fev
mar
avr
mai
juin
jui
aou
sept
oct
nov
dec
jan
fev-mai
arrêt
aou-sept
2010
2011
ma vie dans le Perche
Propos sur la littérature et la peinture.
Mardi 9 octobre 2007 jour précédent jour suivant retour au menu
Jacques Berland a tout son temps. (no2)................................... ........................;(no1), (no3)
Des peintures, une vie, mais pas de carrière...

À Paris il suit pendant 5 ans les cours de l'École des beaux-Arts (1947 à 1953), et suit en même temps les cours de l'École du Louvre (jusqu'en 1952). Ces dernières études lui serviront plus tard, et lui permettront de vivre, à partir de 1962, comme chargé de conférences des Musées Nationaux.
Je pose comme hypothèse personnelle, que la non reconnaissance (du grand public aujourd'hui, mais je pense que cela viendra un jour) est dûe à ses qualités :
- Toujours à la recherche, à l'étude, à la découverte. Avide de se parfaire...mais avec quelle modestie !
- a toujours beaucoup travaillé, mais pas passé assez de temps à se faire connaître.
- peut-être pas assez sûr de lui.
Alors il étudie, il accepte toutes les expériences et propositions. Il continue sans cesse de vouloir apprendre, connaitre...et de peindre.
. .
Tableaux sans date :
Jeune femme aux yeux verts,
La jeune femme aux yeux rouges,
Le faneur
La femme à la robe verte,
L'homme à la pioche,
Jeune femme aux yeux verts.

En Août-septembre 1951, une bourse d’étude lui permet d’entreprendre un voyage de 2 mois en Italie.
Il visite et étudie les musées... Florence, Arrezo, Assises, Pérouse, Rome, Naples (Pompei, herculanum), Orviéto, Sienne, San Guiminiano, Ravenne, Venise (Torcello), padoue, Bergame, Milan, Verone, Pavie.
Il passe au retour à Bâle.
Une recherche facile montrerait tout ce qu'il a pu voir, étudier, " engranger ".
Il essaie de montrer sa peinture. Où il peut :
- 1950 : " Paysages du Perche ", exposition personnelle dans la galerie des beaux-Arts,
- 1950 : 3ème salon des Arts nogentais, Nogent le Rotrou.
Dans les compétitions on reconnaît son talent :
- 1952, Salon de la Nationale,
- 1953, prix Rocheron,
- 52-53 : second prix au Concours d'Art moderne.
Mais bon. Il ne se décourage pas.
Il effectue quelques commandes :
- en 1952 : La pentecôte, fresque dans l'église de Beuzeville, près de Honfleur,
- à la même époque, il fait une grande peinture (22 mètres !) dans la salle à manger de l'Hôtel du Lion d'or à Bayeux, représentant la tapisserie de la reine Mathilde.

D’octobre 1953 à avril 1955, Jacques Berland accepte l'invitation et devient est pensionnaire à la Casa Velasquez.
Madrid.
Il peint beaucoup pendant ce séjour.
Influencé, influençable, comme toujours. Il peint beaucoup, parfois de grands formats.
C'est l'Espagne, avec toute une histoire de la peinture derrière elle.

Période très féconde. Certains tableaux sont datés de cette époque,(beaucoup de tableaux de Berland ne sont malheureusement pas datés avec certitude) :
Jeune homme à la moustache noire, 1953, huile sur toile, 44 x 29 cm
Grand paysage espagnol (non daté, inspiré de l'Espagne),
Femme portant un enfant, 1954, huile sur toile, 65 x 54cm,
.. ..
Il peint à cette époque deux grandes toiles qui font partie de ses chefs-d'oeuvre (à mon avis): La femme au chignon (1953-1955, huile sur toile, 130 x 97 cm), et La femme aux coqs,
.......
Deux scènes inspirées sans doute lors de ballades dans des villages espagnols.
En les regardant de près, la construction identique des deux tableaux est enrichissante (bande verticale située dans le tiers droit du tableau, et qui fait référence à l'Espagne, alors que les deux tiers gauches sont consacrés à la femme).
..........
Habits noirs du veuvage (comme les femmes dans la rue, vieille à la cane, vieille assise), visages gris sur murs blancs.
les regards sont pensifs. Seul le rouge à lèvres affirme encore la vie, une certaine coquetterie.
....
La vie continue, calme comme les mains, rouge comme le coussin de la chaise ou les barbillons, courbée comme les plumes et le panier des coqs ou le dos de la chaise.
Ces deux femmes posent comme des madones, icones d'une Espagne aujourd'hui en voie de disparition.
......
1954 : exposition à la Casa Velazquez, Circulo de Bellas-Artes, Madrid,
1954 : 25 années de la Casa Velazquez, Lusée d'Art Moderne, Madrid.
1955, date charnière :Exposition Découvrir, organisée par la galerie Charpentier,
1955-1956 : Exposition " École de Paris ", galerie Charpentier.
il côtoie notamment Bazaine, Brayer, Buffet, Estève, Manessier, Picasso, Pignon, Nicolas de Staël, Utrillo, Van Dongen, Vlaminck, Vasarely.
" On le connaît."
N'empêche en 1957, il part à Amsterdam avec une bourse de séjour pour 6 mois, à l'Institut Français, maison Descartes.
On the road again...
À lui la lumière du Nord, et Vermeer !