Mercredi 13 décembre 2006 jour précédent jour suivant retour au menu
Y'en a qui vraiment pour du fric sont prêts à tout
C'est minable, mais que faire sinon le faire savoir... Ne pas réagir serait impardonnable.
Organiser une pétition nationale serait peut-être possible.

Quand on regarde sur e-bay, les offres de vente de vieux manuscrits, enluminures, livres d'heures ou de musique, on s'aperçoit que certaines offres ne concernent que des feuilles.
Oui des feuilles toutes seules.
Exemple en ce moment, vous pouvez faire, parmi des centaines d'exemples, votre offre pour:

une feuille d'un livre de musique de la Renaissance
Pour l'instant, l'enchère est à 49 dollars. Ça va monter à mon avis, à 200 dollars.
On précise que " cet élément ", (ils n'ont peur de rien), fait partie d'une messe espagnole, que c'est vraiment " une vraie pièce d'art qui a 500 ans d'âge, certifiée par des spécialistes de l'Université d'Oxford et des experts de Christies, et qui serait superbe et du plus bel effet dans votre salon de musique, ou ferait un cadeau formidable pour votre meilleur ami mélomane. "
Vous avez compris bien sûr qu'un espèce de saligaud a acheté le livre de messe de 200 pages (4 à 5000 dollars) et compte se faire, page par page, environ 40.000 dollars.
C'est un pur sacrilège bien sûr comme le crie et le dénonce Jean Luc Deuffic, directeur de publication de Pecia (très beau site sur les ressources en médiévistique) sur son blog samedi dernier.
Il y trace l'histoire d'une page d'un manuscrit breton, et remonte jusqu'à la source.
(site pointé au départ par affordance)
C'est passionnant mais écoeurant. Je vous conseille d'aller lire les réactions des gens et les commentaires qui sont quasi unanimes, mais aussi dans la même page, d'autres liens qui vous laisseront pantois.


Alors Monsieur le Ministre de la culture ? On ne peut pas interdire ça bien sûr ! Alors Monsieur Sarkosy, cette racaille là ne vous dérange pas ?
L'hémorragie est plus que sérieuse, jour après jour.
Une feuille d'un livre d'heures français du XVIè siecle pour 332 dollars,
Une feuille d'un manuscrit de 1560...pour l'instant à 20 dollars,
Une feuille d'un livre d'heures de 1516, imprimé et publié par Jehan de Brie rue Saint Jacques, Paris pour l'instant à 11 dollars...
À la suivante !
ILLUMINATED BOOK OF HOURS LEAF - FRANCE 1500: An original, double-sided vellum leaf from a late medieval Book of Hours, beautifully written and illuminated, in Latin between 1500 and 1520, in France. 17 lines in single column text, written in brown and red ink in a gothic textura hand. RECTO: Psalm 142 (143), verse 5: "Memor fui dierum antiquorum meditatus sum in omnibus operibus tuis in factis manuum tuarum meditabar"."Je me souviens de ces jours de vieillesse, j'ai médité sur tous ces travaux, j'ai médité sur les travaux de ces mains..."

" Vous faites une enchère sur une page de musique faite à la main au XVIè siècle ou au début du XVIIème. Il y a deux faces à voir. Ce n'est pas une reproduction. Rien d'imprimé. Ceci est une oeuvre originale qui a plus de 400 ans. Cela a demandé des heures à faire aux pinceaux.
C'est fait sur du papier épais qui n'a jamais été plié. On peut l'encadrer et en faire une pièce hautement décorative.
Il s'agit d'un choeur à deux voix, comme on le faisait pour le chant grégorien dans les monastères...
"
On voit bien que cela a été coupé d'un livre complet, qui a été entièrement saccagé. Il s'agit là de la page 72. C'est un exemple des célèbres antiphonaux : chants question-réponse dans lesquels des lignes improvisées par le chanteur solo reçoivent une réponse chorale fixe.
Allez, dépecez-moi ça en feuilles de 400 dollars !

" 23 lignes gothiques avec des initiales colorées à la main en bleu et saumon, réhaussées à l'or. Autour du texte de nombreuses scènes gravées avec des oiseaux fantastiques et autres créatures, saints et motifs floraux, un homme et une femme en costumes festifs."


Arrêtez, arrêtez...
Ne pourrait-on pas imaginer qu'il soit interdit en salle des ventes ou ailleurs, de vendre des pages séparées, sous peine d'être recéleur ?
Ce phénomène est d'une ampleur incroyable. On a tous vu chez des antiquaires, les gravures locales, encadrées, provenant aussi de découpes. On en trouve partout.
Il est évident que les brocanteurs qui achètent chaque semaine dans les salles des ventes "les gros livres " ne le font que pour les emmener à l'abattoir.
ET CÆTERA, ET CETERA, ET CŒTERA, ETC.,
ET CÆTERA, ET CETERA, ET CŒTERA, ETC.