vendredi 2 juin 2006 jour précédent jour suivant retour au menu
Pour en finir avec la lactation et ses giclées.
Attention, la fin de la page n'est peut-être pas pour tous les yeux...
Parti de la photo #225 de 1990 de Cindy Sherman que Grapheus Tis m'avait agitée sous les yeux, nous sommes allés faire un tout dans la peinture du côté de la Renaissance, pour découvrir que Marie n'allaite pas que l'enfant mais aussi les âmes du Purgatoire, et certains saints (sans parler du miracle de Saint Bernard de Clairvaux), et découvrir incidemment ce fameux geste pseudo-zygodactyle qui a encore la semaine dernière tant étonné, vu sa fréquence, notre ami Philippe Didion lors d'une visite au Louvre. On découvrait d'ailleurs que ce geste ne concernait pas que les femmes puisqu'on en trouve des centaines d'utilisation chez les hommes, comme par exemple dans l'oeuvre du gréco... mais aussi que le lactation se retrouvait avec de bonnes giclures dans des scènes mythologiques comme en avait peint de gratinées Rubens ou Le Tintoret.
De retour à Cindy Sherman, on se posait le problème de la lactation du portrait et de l"identité puis celui du blason/contre blason, chers à Marot et quelques autres.
Puisque que le sujet est intarissable, il faut décider d'en finir et se taire avec quelques documents qui montrent que le sujet est universel, ouvrir quelques pistes et finir, pourquoi pas sur un dernier arrosage général .
Comme nous le rappelle Claude Didierjean dans son étude déjà citée, il faut savoir qu'en 1563, le concile de Trente mit un terme à cette vogue des Vierges allaitantes en interdisant la nudité dans la peinture religieuse.
Faut dire que cette vogue avait un peu trop encouragé certaines femmes , sans doute trop fières de leur poitrine, à montrer leurs seins, en dehors de toute question d'allaitement ou de déesse. Je citerai la maîtresse du roi Charles VII, Agnès Sorel, qui se les fait peindre par Fouquet vers 1452 (La vierge sous les traits d'une maîtresse royale c'était courageux non ?), Diane de Poitiers, peinte par François Clouet en 1571, alors qu'elle a une nourrice et qu'elle n'allaite pas elle-même, et la Fornarina de Raphaël de 1520 .
Comme le détaille dans un chapitre de sa thèse Thomas Peter Kunek (chapitre 3 : Sources iconographiques de l'allaitement et les gestes d'allaitement dans les cultures pré-chrétiennes et les cultures non-chrétiennes) dès l'aube de l'humanité et sur tous les continents, on a représenté des scènes d'allaitement. Beauté du geste, ou symbolisme de la fécondité, de la maternité...
Par exemple dans l'Égypte ancienne, c'est Isis qui allaite son fils Horus. A Rome, on trouve peut-être une des plus vieux allaitement connu du monde sur les murs des catacombes romaines de Priscille qui datent du IIIè siècle.
A partir du XVIIIè on ne trouve plus guère de scènes d'allaitement intéressante. c'est devenu une banale scène de la vie quotidienne. on peut trouver certes quelques toiles ( Renoir : Aline allaitant son fils ", 1888 ; Le wagon de 3e classe de Daumier 1863...
Au XIXè on retrouve Renoir, Picasso (que n'a-t-il pas peint ?)...
Dernièrement, grâce à la BD, la photo, le cinéma, on peut assister à un certain renouveau, la pratique même de l'allaitement au sein étant revenue à la mode et conseillée.
Je n'en choisirai qu'un parce que le côté ravageur (douloureux) psychanalytique et épouvantable (tellement il me rend mal à l'aise) de cette peintre me fascine encore et encore. il s'agit d'un tableau de Frida Kahlo Ma nourrice et moi.
" Frida, vêtue comme une petite fille à la manière des ex-voto du XIXe siècle qu'elle collectionnait, est alimentée par la nature même, représentée par cette grande figure maternelle qui surgit de l'antiquité. Le tableau a été exposé lors de la première exposition de Frida, à la galerie Julian Levy de New York, où le surréaliste André Breton la qualifie de ruban autour d'une bombe." (esther Acevedo)
Ma nourrice et moi, reprend le thème du double autoportrait. Ce tableau met en scène Frida accouchant d’elle-même. Il évoque aussi deux morts récentes, celle de son enfant et celle de sa mère dont le décès est symbolisé par la tête recouverte d’un linge. En 1934 et 1937, elle fait deux autres fausses couches. Son désir maternel inassouvi est un thème commun à plusieurs de ses œuvres.
On peut lire l'étude de la psychanalyste Rachel Sztajnberg ( Frida Khalo : la détresse incarnée ) qui commence ainsi : " Qu'y a-t-il de commun entre la détresse sur le plan clinique et la détresse dans l'art ? Fondamentalement, l'exigence de travail." après une citation de Nietzsche : " Celui qui a construit un nouveau ciel, seul dans son propre enfer a pu trouver l'énergie pour le faire ".
Et puis aussi l'approche diagnostique de la maladie de Frida Khalo à travers son oeuvre , par F. Le Guilchard, de l'Hôpital porte-madeleine d'Orléans. texte illustré par des tableaux de F. Khalo, passionnant pour celui qui veut savoir ce qu'est la fibromyalgie post-traumatique et le syndrome des antiphospholipides (ce dont aurait souffert la peintre !)
En ce qui concerne le geste pseudo-zygodactyle, je terminerai avec deux oeuvres où on ne l'attendait pas, et pourtant où il y est indiscutable :
- un tableau de Bouguereau(1825-1905), La vierge et les anges, (mignons les anges ! geste fait par les deux mains, trop c'est trop, mais ça ne fait jamais peur à Bouguereau),
- une affiche d'Eugène Grasset pour Jeanne d'Arc interprétée par Sarah Bernhardt !
... ... ...
Je ne peux terminer sans remercier tous ceux qui m'ont écrit et/ou envoyé des tableaux que je ne connaissais pas. Je dédie ces pages à tous mes amis d'Internet, en particulier à Clarapeix (qui allaite encore!), à Grapheus Tis (sans qui je n'aurais jamais commencé) , à François Bon (il sait pourquoi), à Philippe Didion, à Marie Thérèse la convalescente, et à Mendés France, député de l'Eure, qui avait imposé quand j'étais petit...de boire du lait à l'école.

Mais pour finir, je répondrai à mon ami Berlol qui bien sûr n'a pas pu ne pas vouloir aller plus loin, et me poser une question comme il sait les lancer : " Je me demande au passage s'il existe des giclées masculines, dans toute la peinture et dans quelle mesure les lancers de lait ne seraient pas aussi un poil des déplacements refoulés de l'éjaculation tellement irreprésentable... As-tu une idée là-dessus ? "
C'est évident mon cher Berlol !
La réponse est donnée par l'artiste japonais, sans doute le plus provocateur des années 90, Takashi Murakami, né en 1962 à Tokyo, et qui travaille autant au japon qu'aux Etats Unis.
My lonesome cowboy, 1998.
Hiropon, 1997
.
On appreciera le lasso et la corde à sauter.
Il faut d'abord de la corde pour faire un bon lasso, d'où sans doute la femme d'abord (1997). On remarquera juste que chez Murakami, c'est la femme qui saute et qui s'envoie en l'air, alors que le jet masculin se transforme vite en une spirale qui s'élargit vers le haut en une espèce de faux à couper les têtes.
On peut en déduire peut-être qu'une fois la lame aiguisée, le jet créateur se transforme vite en grande faucheuse... Brrr...
Donner la vie, c'est aussi donner la mort...pas nouveau tout ça...