Lundi 2 octobre 2006 jour précédent jour suivant retour au menu
Froid dans le dos...

Un des journaux locaux, l'Écho républicain, titrait ce matin sur " Le chômage au quotidien, qui leur redonnera du travail ?".
À l'intérieur (pages 2 et 3), sous la rubrique " 24 HEURES EN EURE-ET-LOIR" on trouvait sur deux pages, un dossier concocté intelligemment par Sébastien Couratin, et qui consistait en 6 portraits de chômeurs euréliens, de tous âges.
Je ne sais pourquoi, mais le dernier, sous-titré "Il va falloir que je me booste " m'a laissé pantois et plus que songeur.
On dirait un portrait tout-à-fait imaginé par un romancier, tellement les détails sont surprenants, donnant au lecteur, pourtant face à la vraie photo, une impression d'irréel ou de fantastique ordinaire.
J'imagine les questions que l'on pourrait poser ou demander à des apprentis écrivains avec les données suivantes qui sont celles distribuées tout au long de l'article, et que l'on considérerait, dans l'exercice comme imposées . Voici donc ce que nous apprend l'article (il s'agit d'un jeune homme de 20 ans):
- "Il est anxieux, solitaire, mélancolique.
- hors de son milieu familial...il donne l'image d'un jeune homme taiseux, mal dans sa peau et peu sûr de lui,
- il ne semble s'épanouir qu'au milieu de photos d'animaux et des sabres japonais qu'il collectionne,
- il vit dans un petit pavillon aménagé par ses parents dans leur jardin,
- il s'y repasse les films de son idole : Louis de Funès,
- tous les stages, entretiens, formation de découvertes des métiers, évaluation en milieu de travail se sont soldés par un fiasco,

- aujourd'hui, sa première résolution : reprendre les leçons de conduite, négligées depuis deux ans,
-la suivante : "il faut que je réponde à davantage d'offres d'emploi. J'en suis à une trentaine de candidatures depuis deux ans. ce n'est pas assez. Il va falloir que je me booste."
Il vit bien sûr dans un village paumé " mal desservi par les transports ".

la photo de ce jeune homme m'est revenue à plusieurs moments de la journée, sans pouvoir m'empêcher de l'imaginer dans la cabane au fond du jardin, seul à visionner les films de Funès, et à sourire.
Car l'article précisait même, je le cite, : " C'est seulement devant les simagrées du comique que le visage de..., parfois, s'éclaire d'un léger sourire " !
Questions :
- Est-ce le début ou la fin d'une histoire ?
- Pouvez-vous imaginer ce qui a précédé ou ce qui va suivre cette histoire ?
- Pouvez-vous compléter ce portrait avec des secrets de famille?
- Pouvez-vous imaginer les parents dans leur salon (sous forme d'un dialogue entre le père et la mère), quand leur fils est dans sa cabane au fond du jardin ?
- L'amour peut-il sauver ce garçon ?
- Pouvez-vous imaginer ce qu'il écrirait dans son éventuel journal intime ?
- Cela changerait-il quelque chose s'il votait Ségolène ?
- Imaginez une rencontre avec lui. Que lui diriez-vous ?
- Comment, à votre avis, quelqu'un peut-il l'aider ?
- Quelles sont les vraies questions à poser ?