dimanche 8 octobre 2006 jour précédent jour suivant retour au menu
L'homme aux dahlias

Il a 88 ans. Quand je lui demande de faire une photo de lui, il met aussitôt les mains derrière son dos et pose.
Il dit : " Je suis en forme non ? "
Je lui réponds : " Ça c'est sûr, ça se voit !"
Je suis entré chez lui, car il a une maison extraordinaire, qui attire l'œil, juste en contrebas de la route goudronnée, en plein coeur du village.
Il l'appelle la maison aux dahlias.
Au début, on ne comprend pas.
Il a sur le trottoir des pots énormes de Datura (plante redoutable. On sait que ses fleurs provoquent palpitations, délire, fièvres intenses, qu'elle classée comme drogue très dangereuse. Normalement, leur possession est interdite en France.) et des Amarantes, à queue rouge, ornementales et parfaitement comestibles (leurs feuilles se cuisent comme les épinards, et leurs graines préparent des entremets, épaississent les potages ou se préparent en galettes).
Il dit : " Les daturas, j'en ai 35 pots cette année (en guise de pots, ce sont des grandes poubelles), mais l'année dernière, j'en avais plus de 50. Le gel fut terrible cette année. "
Quand on arrive devant la maison, on est étonné de tout ce qu'il étale, pour qu'on le voie, entre autres, ses radis énormes.
Face à la maison, descendu le petit chemin, on découvre que ce n'est qu'une entrée. Un chemin part sur la droite et semble aller loin. On passe devant une grange
et des massifs de cyclamens sauvages...
Mais au bout de chemin on débouche, bouche bée devant l'étendue d'un espèce de folie, un champ, certes, mais devant lequel on ne réalise pas tout de suite ce qu'il présente de particulier :
Tout simplement 5300 pieds de dahlias, qu'il (88ans) arrache chaque et replante, chaque année,un à un . Juste pour le plaisir. Ce n'est pas un fleuriste. C'est un agriculteur à la retraite. Il ne vend pas ses fleurs.
Il dit certes, si on lui demande, : " C'est beaucoup de travail."
Mais il ajoute aussitôt, toujours avec sa mine réjouie, presque provocatrice : " mais je fais mes légumes en même temps ! "
Ouf ! On est rassurés.
Si vous passez par Coudray au Perche...vous pouvez trouver la maison.
J'ai l'ai découverte ce matin, à l'occasion de la 98ème fête des laboureurs et des ouvriers.
Il y avait d'autres surprises, mais ce sera pour un autre jour, car l'après-midi, il y avait aussi, dans l'abbaye de Thiron-Gardais, ce concert exceptionnel organisé par Ève Ruggieri, et dont il faudrait parler aussi.