mardi 13 juin 2006 jour précédent jour suivant retour au menu
La France va perdre.
Deux jours passés essentiellement dans mes deux collèges, dans la configuration lourde (il y a un système de semaines A et de semaine B, et qui plus est, quand on est A dans un collège, c'est B dans l'autre !) et qui me fait faire 11 heures de cours en deux jours. Je ne me plains pas puisque l'autre configuration, la semaine suivante est " légère ". Mais dans celle de cette semaine, je rentre fatigué et usé, surtout quand j'ai mesuré dans ma salle à Meunier lundi après-midi 31° 4.
Les élèves étaient crevés et abattus, et moi aussi...et j'ai senti qu'on était dans la même galère.
Alors rentré à Thiron, je m'affale sur le fauteuil, regarde d'un oeil distrait, non pas un match, mais des images de football, et commence à somnoler tout en mangeant quelques pommes de terre à l'eau qui restent de la soirée sardines, sardines, me fait remarquer Berlol, qui étaient à son menu en même temps, lui au Japon moi dans le Perche.
Pas la force d'ouvrir l'ordinateur lundi soir. Sursaut et effort pour laisser ce message.

Mes élèves sont tellement branchés sur le foot qu'ils m'ont sifflé quand je leur ai dit que la France allait perdre.
Je n'ai rien dit et un quart d'heure après je le leur ai dicté (de la voix la plus neutre possible), alors qu'on commençait un nouveau chapitre (classe de 4ème) entre deux phrases sur l'origine de l'homme, " La France va perdre."
90 % de la classe avait écrit la phrase.
J'arrête la dictée et je leur dis : relisez ce que vous venez d'écrire.
Grosse rigolade et ram dam dans les trousses pour sortir leur blanco, typex ou autres effaceurs.
- Ah, monsieur...vous n'avez pas le droit de faire ça...
- Mais si, c'est pour vous montrer que vous écrivez n'importe quoi...
Ça faisait longtemps qu'on n'avait pas tous rigolé de bon coeur ensemble.