dimanche 14 mai 2006 jour précédent jour suivant retour au menu
Un dimanche au ras des pissenlits, quel bonheur !
Chaque matin depuis une bonne semaine, je me dis que je devrais m'arrêter prendre en photos les pissenlits au bord du chemin qui longe l'étang Sainte-Anne, mais dans ce Perche en ce moment végétalement somptueux, j'ai découvert près de chez moi, (route de la Gaudaine) un champ de pissenlits en fruits assez étonnant pour que cette fois je m'arrête fasciné.
Bien sûr, cette halte fut encore un retour en enfance à Bérou la Mulotière, où je m'amusais à souffler sur ces fameux akènes.
Mais ce fut aussi le souvenir des classes vides, quand ma mère institutrice corrigeait ses cahiers, et où en attendant, soit je jouais de l'harmonium soit je regardais les images du Petit Larousse illustré.

Au départ, le logo des dictionnaires Larousse est un pissenlit, autour duquel est écrite cette phrase :« Je sème à tous vents ». En 1890, on voit apparaître sur les couvertures le visage de la Semeuse, une jeune femme qui souffle sur une rose. Ce dessin, inspiré par une photo d'Antonine, la petite nièce de Madame Larousse, a été réalisé par l'affichiste Eugène Grasset.
La Semeuse a été redessinée en 1955 par le graphiste Jean Picart Le Doux. Je sème à tout vent a disparu en 1995.
Pour l'édition du centenaire, le couturier Christian Lacroix l'a imaginée avec les traits d'une Arlésienne.
Je n'aime pas ce logo bariolé.
je préfère les couleurs du Perche en ce moment...même avec le jaune des champs de colza.
Mais bon, l'Eure et Loir n'est pas le premier département producteur français de colza pour rien !
Peut-être qu'à Thiron-Gardais je vais commencer à aimer les dimanches !