Jeudi 16 novembre 2006 jour précédent jour suivant retour au menu
Du voyage dans l'air...
(sur un document taquineur extimé).

" Un matin nous partons, le cerveau plein de flamme,
Le cœur gros de rancune et de désirs amers,
Et nous allons, suivant le rythme de la lame,
Berçant notre infini sur le fini des mers :


Ceci n'est pas un jeu de taquin mais on pourrait en faire un facilement, question de scripts, question de temps, question d'humeur, de jeu...
C'est tout simplement une photo faite d'un ensemble de photos, une composition géométrique qui tape à l'oeil, un document comme la médecine nucléaire aime en faire.
Ça fait moderne, chic, clean et sérieux.
Ça justifie son prix !
Image décorative mais aussi mystérieuse, il faut en connaître le code pour la déchiffrer.
Presqu'une carte aux trésors d'une île mystérieuse, une histoire de pirates dans un lagon du Pacifique.
Pas une île, des îles, un archipel...
Même pas la possibilité d'une île : la certitude du naufrage.
Pages cachées inédites d'un roman, celles d'un coeur en souffrance, tirage limité assuré, assurance tous risques.
Il y a de l'atoll dans l'air.

Ô le pauvre amoureux des pays chimériques !
Faut-il le mettre aux fers, le jeter à la mer,
Ce matelot ivrogne, inventeur d’Amériques
Dont le mirage rend le gouffre plus amer ?


Ô Mort, vieux capitaine, il est temps ! levons l’ancre !
Ce pays nous ennuie, ô Mort ! Appareillons !
Si le ciel et la mer sont noirs comme de l’encre,
Nos cœurs que tu connais sont remplis de rayons !

Verse-nous ton poison pour qu’il nous réconforte !
Nous voulons, tant ce feu nous brûle le cerveau,
Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu’importe ?
Au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau ! "

______________________________________________________________________
(note temporaire : pas de page avant dimanche soir. Je parlerai du Beaujolais nouveau et de mon voyage à Saint-Malo à mon retour)